Des commerces en ligne qui vous simplifient la vie

Des commerces en ligne qui vous simplifient la vie
Banque Nationale Épargner, Particuliers Épargner, Particuliers

Le Web ouvre la porte à une pléiade de nouveaux modèles d’affaires. Aussi, aux quatre coins du globe, des commerces en ligne redéfinissent le magasinage. Portrait de ces nouvelles façons de consommer.

Le réflexe d’acheter en ligne gagne du terrain auprès des Canadiens. En effet, les ventes en ligne ont augmenté de 17,4 % au Canada entre 2013 et 20141. Si bien qu’il y a maintenant 1 Canadien sur 4 qui se définit comme un cyberacheteur régulier2. Certains

Ils achètent principalement des vêtements (42 %), des voyages (41 %), des livres (36 %), des billets de spectacles (31 %) et du matériel électronique (31 %)3.

Fait intéressant, les dollars sont en grande partie dépensés au pays : les cyberacheteurs canadiens dépensent en moyenne 375 $ sur des sites canadiens, contre 150 $ sur des sites américains3.

Il y a là une occasion d’affaires à saisir, et les entreprises l’ont bien compris. Plutôt que de reproduire platement l’expérience de la boutique « physique », elles rivalisent d’ingéniosité pour se ravir des parts de marché du commerce en ligne. On assiste ainsi à une surprenante explosion des modèles d’affaires sur le Web.

Voici trois tendances fortes du commerce électronique.

1. Sauver du temps, d’abord et avant tout

« Les modèles de commerce en ligne à succès ont tous un point en commun, lance Frédérick Ranger, vice-président marketing chez Mediative, une entreprise spécialisée en marketing numérique. Ils redonnent du temps au client. Et en 2016, le temps est une denrée rare! »

La solution : faire livrer chez soi, en passant une commande sur le Web ou en utilisant un appareil mobile. La pizza du jeudi, mais aussi les cadeaux de Noël, les vêtements du plus jeune, l’épicerie et quoi encore. Dans certaines villes américaines, on peut désormais se faire livrer des produits frais en quelques heures.

Une solution mitoyenne est la « cueillette en magasin ». Quelques grandes chaînes canadiennes donnent maintenant le choix de magasiner en ligne, pour ensuite récupérer la commande en magasin. Pas de rayon vide, pas de mauvaises surprises.

2. Une offre personnalisée

Autre grand avantage de la boutique virtuelle, le détaillant n’a plus à tenir, comme c’est le cas dans un magasin ayant pignon sur rue, un inventaire exhaustif de ses produits. Elle peut ainsi décupler son offre, sans surcharger ses rayons.

C’est ainsi l’occasion de personnaliser son catalogue, en fonction des informations qu’elle détient sur ses clients (données transactionnelles, données de navigation, achats passés). Ainsi, le client qui magasine en ligne voit d’abord des produits susceptibles de l’intéresser. Bienvenue dans l’ère du magasin intelligent.

Une autre avenue est de laisser le client personnaliser lui-même son produit. Un exemple de cette tendance est le populaire « bobblehead », cette petite figurine caricaturale que l’on peut faire produire à son image et livrer à domicile.

3. Se laisser surprendre

Parfois, trop de choix, c’est comme pas assez. Sur le Web, le concept porte d’ailleurs un nom : la découvrabilité. On entend par là la difficulté de trouver des « choses » pertinentes dans un contexte de surabondance.

La boîte-surprise est un modèle d’affaires qui fait écho à ce problème. Des entreprises proposent à leurs abonnés l’envoi d’un colis périodique, respectant un budget et certains critères.

« Le concept, avec son côté ludique, est une belle façon de fidéliser la clientèle qui aime découvrir de nouveaux produits », souligne M. Ranger. L’idée est donc de se laisser surprendre, plutôt que de perdre du temps en recherches infructueuses.

Des exemples de boîtes-surprises? Une sélection de vêtements choisis par un designer livrée à domicile chaque début de saison, des collations saines et équilibrées concoctées par un artisan local et ainsi de suite.

Le futur, c’est maintenant

Le commerce de détail change à vitesse grand V. Certaines initiatives qui semblent tout droit sorties d’un film de science-fiction font l’objet de projet pilote : livraison par drone, paiement mobile en magasin (plus besoin de faire la file!), offre de produits intelligents qui se rapportent eux-mêmes aux fournisseurs en cas de défectuosité…

Des entreprises ingénieuses, disions-nous? À n’en pas douter!

Découvrez d’autres astuces et conseils pour mieux gérer vos finances personnelles en vous inscrivant à l’infolettre Banque Nationale.

RÉFÉRENCES

1. Rapport d’eMarketer
2. Postes Canada
3. Rapport 2015 de CIRA

Édité le 22 décembre 2016

Sujets reliés